PHYSIOLOGIE ET VOIX

PHYSIOLOGIE ET VOIX

physiologie-voix-liliana-sallustio

LA POSTURE

La posture est d’une grande importance dans l’émission de la voix, car la colonne vertébrale est l’axe de notre squelette, le centre vers et à partir duquel toutes les forces et énergies rayonnent et le système respiratoire y est lié. Son rôle est donc essentiel dans la dynamique corporelle, puisque tous les mouvements du corps sont liés à l’efficacité de l’axe corporelle.

L’alignement du corps est donc essentiel à l’émission d’une voix physiologiquement correcte. Mais quand est-elle correcte à vrai dire ? eh bien, on peut dire qu’elle est correcte lorsqu’elle est véhiculée souplement par le souffle.

Au vu de ce qui précède, un écart de l’axe vertical implique, par voie de conséquence, une action inadéquate de la musculature qui entraîne, par-là, un déséquilibre de ce qu’on appelle le geste vocal – l’équilibre de la chaîne musculaire responsable d’une qualité vocale.

MECANISME DE LA VOIX

Il est impératif de minimiser ou d’éliminer la tension dans l’ensemble de l’appareil phonatoire, dit « système vocal » – la gorge, le cou, le sternum et les épaules et de l’appareil articulatoire – la mâchoire, à ne pas confondre avec les muscles de la prononciation que sont la langue et les lèvres et le voile du palais dans une tout autre mesure.

Nous devrions également apprendre comment activer le diaphragme tout simplement parce qu’un diaphragme empêché de son mouvement souple et ample, prive la personne d’une excellente respiration, laquelle est responsable, non seulement du bon fonctionnement de la voix, mais du bien-être tout entier de la personne. Et bien sûr, accompagné d’une bonne posture alignée, nous voilà parés pour que tout ce qui précède réponde harmonieusement.

Pourquoi ? Parce que nous sommes des êtres de compensation. Dès qu’une partie du corps ne répond pas, nous compensons instinctivement et si la nature reprend ses droits alors nous compensons positivement.

FONCTIONNEMENT

physiologie-voix-liliana-sallustio

La voix ne se dompte pas, mais s’apprivoise

Votre voix est un instrument qui a besoin de formation et de pratique pour s’améliorer. Elle peut être le départ de l’épanouissement de votre personnalité. Heureusement, il existe de nombreux exercices qui vous apprennent à respirer ou à vocaliser correctement.

Dans un premier temps, il est recommandé de faire connaissance avec son mécanisme vocal afin de respecter votre naturel. Comment ? Avec des exercices ludiques que l’on pourrait comparer au comportement du nourrisson que nous avons été autrefois. A cette étape de la vie où nous explorions notre voix inconsciemment, où la découverte des sons nous apportait du plaisir. Il s’agit de la lallation. C’est dans une telle approche que l’on peut éviter de dompter sa voix pour sagement l’apprivoiser. Nous pourrions appeler cela la « lallation adulte ».

Nous pouvons travailler notre voix seul et se dire que l’on va parvenir à de bons résultats à coups de lectures, de livres ou de vidéos. Mais hélas, aucun livre et aucune vidéo ne peut être à l’écoute de votre voix et de vos sensations, à l’instant T, ni du ressenti dans votre corps tout entier. Aucun support de ce genre ne pourrait vous accompagner pour vous libérer, vous épanouir à travers votre voix. Même si dans un premier temps, cela peut vous apparaître comme une aide intéressante en soi.

La première difficulté avec la voix, c’est qu’étant un outil lié à l’oreille interne et externe, elle demande à avoir de la distance avec ce que l’on produit. C’est pourquoi, si vous êtes en demande d’améliorer votre voix, il est plus judicieux de vous faire accompagner par un coach de confiance. Celui qui saura entendre votre demande et prendre de la distance avec sa propre expérience pour être tout à votre écoute et celle du comportement qu’adopte votre voix. Ce coach devrait bien connaître les tenants et aboutissants d’une émission sur le souffle afin de respecter les règles de la physiologie – technique ancestrale italienne nommée « Sul fiato ».

C’est dans cette condition du respect naturel de l’instrument qu’est votre voix, que vous pouvez soit la développer sainement, soit l’améliorer et même atteindre une véritable résilience, si vous êtes atteint d’une pathologie, dans la limite de la gravité de celle-ci.

A retenir : la Voix est un système qui existe depuis des millions d’années. Il sait pertinemment ce qu’il a à faire, ce système, pour fonctionner dès que l’on entend les sons à émettre.

Pourquoi chercher à le dompter en s’évertuant à la technique ? Le forcer par des techniques inadaptées peut rendre très malheureuse une personne, qu’elle soit chanteuse ou pas.

Cet instrument merveilleux offert par la nature nous permet de communiquer avec soi et les autres.

Si, par exemple, on se mettait à forcer un membre, que se passerait-il ? Eh bien, il en est de même avec la voix.

Il serait pertinent de réfléchir combien la voix exprime aussi des choses de l’inconscient. C’est pourquoi il faudrait s’en rendre responsable pour l’apprivoiser. Connaître son fonctionnement c’est ouvrir des espaces dans notre corps afin de se réjouir et bénéficier du plaisir de l’entendre résonner généreusement dans la zone faciale et crânienne, d’une part, et au niveau du sternum, d’autre part. Ces zones qui donnent le nom de Voix de tête et Voix de poitrine. Peut-être en avez-vous déjà entendu parler.

Certaines voix, à l’opéra, peuvent résonner dans tout le corps même ! Sisi !

Retenez ceci : plus la voix est libre et plus la personne est libérée et vice et versa.

Retenons également qu’il est important d’éviter les habitudes nuisibles telles que le surmenage, la surutilisation, les cris voire la toux. Tous ces comportements fatiguent indubitablement votre voix. Bien évidemment, dans le cas de la toux, nous n’y pouvons rien. Mais, qui nous empêche de nous soigner au plus tôt ? Il y a beaucoup de bons remèdes naturels pour éviter les désagréments de l’ensemble de l’appareil respiratoire supérieur. Nous n’en parlerons pas ici, car ce n’est pas l’objectif de cet article.

Pour approcher l’ensemble de ses données, le seul secret est de pratiquer des exercices respiratoires et vocaux.

En effet, on prépare la voix par la respiration et, la respiration par l’alignement de la posture, comme nous l’avons vu au début de l’article. Ce qui revient à dire que la voix est un tout et qu’en améliorant la posture, on optimise la respiration qui, par effet de compensation naturelle, dont nous avons parlé plus haut, va maximiser les potentiels vocaux, tout naturellement.

Nous sommes trop souvent tentés à relativiser la respiration. Puisqu’elle est automatique, elle nous est due et nous donne donc l’excuse de ne pas s’en occuper.  Or, le souffle c’est vie. Eh oui ! Et, qui dit souffle perturbé ou coupé, dit perte de sérénité. Ce mal-être s’est installé progressivement depuis le mécanisme respiratoire, lui-même figé, bloqué par nos propres émotions érigées par nos pensées.

Notre diaphragme à lui tout seul peut entraîner des blocages dans l’ensemble du corps, et provoquer un dysfonctionnement de toute une chaîne musculaire complexe qui peut entraîner le stress oxydatif responsable de maladies diverses et variées.

EXERCICES

physiologie-voix-liliana-sallustio

Voici une mini approche d’exercice d’une séance préparatoire. Entraînez-vous au minimum 3 fois par semaine et, si possible, à chaque fois qu’une situation vous échappe. Vous verrez ce que ces exercices – en apparence simples, peuvent vous apporter dans la durée. 

On y va ?

La Posture 

> Placez-vous et regardez-vous attentivement devant un miroir suffisamment grand pour vérifier si vous êtes bien droit, sans crispations. Et, sentez bien la rectitude de votre colonne vertébrale.

> Observez vos épaules, elles doivent être en position basse parce que détendues.  Surtout ne forcez pas cette détente afin d’éviter d’influencer maladroitement le bas du dos. Vous sentirez immédiatement l’ensemble de l’abdomen s’adapter à cette demande. C’est exactement cette attitude-là qui tend à nous échapper au quotidien et qui à la longue finit par nous poser des problèmes.

> Maintenant, observez la nuque. Elle porte la tête sans relâchement mais sans crispations au niveau des épaules. D’emblée le reste du corps s’ajuste. C’est l’intelligence corporelle !:)

Dès que vous êtes en situation de difficulté, petite à grande, notez combien tout cela vous échappe et prend des attitudes de repli ou de crispation.

La Respiration :

> Posez la paume d’une main sur votre nombril. Toujours devant votre miroir, inspirez délicatement par le nez et observez la réaction de votre main.

Si vous respirez profondément et délicatement, vous devriez la sentir s’avancer, comme poussée par l’abdomen.

C’est le mécanisme respiratoire qui devrait dominer toute situation vécue confondue. C’est l’instinct de vie, qui nous a été offert.

> Répétez 5 à 6 fois cette façon de vous sentir respirer et pensez à améliorer à chaque répétition. Soyez pleinement présent, à la sensation d’ouverture du corps dont l’abdomen repoussé à l’avant, par votre main, vous apportera un confort instantané.

> Si la crispation au niveau des épaules ou bien dans l’ensemble du corps est trop grande, soyez patient et persévérez ! Par petites doses, mais persévérez !!  Excusez notre humour, mais nous insistons : !!!!!!!!

C’est dans l’application, la répétition et dans la durée, que vous verrez des résultats conséquents, dans le temps. Et repensez à nos points d’exclamations.

Petit à petit, la nature reprendra ses droits. Elle est tellement bien faite ! Pourquoi s’en priver ?

Profiter un maximum de ce don de la vie qu’est la respiration, c’est toucher des choses en profondeur et gagner en sérénité.

Retenez ceci : en quelque sorte, la respiration est un trait d’union entre le conscient et le subconscient. Elle permet à l’un de contrôler l’autre.

Le mot de conclusion : la volonté accouplée à la persévérance apporte toujours de merveilleux résultats, souvent inattendus !

Partagez

Laisser un commentaire